Les compétences dont vos équipes ont besoin pour mieux performer – Article

Les compétences dont vos équipes ont besoin pour mieux performer – Article

Les savoir-faire, en compétition depuis longtemps avec les savoir-être, ont finalement été détrônés durant la crise. 

Maîtriser le nouveau logiciel RH pour mettre à jour le planning des équipes en télétravail était une chose. Mais savoir fédérer ses équipes en télétravail, s’ouvrir à de nouvelles pratiques, affirmer sa force de caractère face aux difficultés, jongler sereinement avec les contraintes imposées, demeurer confiant en ses décisions, garder espoir d’un avenir meilleur, … c’est autre chose.

Les compétences intra-personnelles ou les soft-skills permettent d’aller puiser en soi le pouvoir de se réinventer, trouver sa place et s’affirmer. Voyons les 8 compétences qu’on peut développer par un travail soutenu afin de devenir de solides atouts pour réussir.


1. L’auto-motivation

Capacité à trouver en soi le désir d’atteindre un but malgré les obstacles et sans nécessiter d’encouragements extérieurs.

Une personne auto-motivée sait pourquoi elle fait les choses, elle est responsable de ses actes et se sent concernée par son travail. Cet état d’esprit est essentiel pour se prendre en main, pour s’investir dans ses missions et pour les mener à bien, en dépit des obstacles ou des difficultés rencontrés.

Être auto-motivé.e, c’est faire preuve d’autonomie, puisque la particule « auto » signifie que la motivation vient de soi. La personne n’a ainsi pas besoin d’être encouragée ou stimulée par ses collègues ou son manager.

La personne qui manque de motivation ou qui a constamment besoin des autres pour avancer, limite considérablement son pouvoir d’action. Car être tributaire d’une aide extérieure, c’est porter atteinte à sa raison d’être. 

Ces personnes ont plus de risque d’abandonner des projets, puisque des objectifs peuvent être fixés, certes, mais les premières difficultés peuvent tout faire basculer. Elles sont aussi plus sujettes à la procrastination, avec cette perpétuelle remise au lendemain jusqu’à la date butoir, qui agit comme stimulus externe à leur motivation.

2. La confiance en soi

Sentiment d’assurance et de croyance en ses capacités, en ses choix,  en ses opinions, même si d’autres désapprouvent.

La confiance en soi, c’est une force intérieure qui fait ressentir que tout est possible. Une personne confiante avance malgré les doutes et les incertitudes, et ne craint pas la nouveauté, puisqu’elle a la conviction d’avoir les ressources en elle pour réussir.

Elle se sent mieux placée que les autres pour savoir ce qui est bien pour elle et de quoi elle est capable. Elle croit en ses compétences et se fie à son jugement pour faire ses choix, pour mener ses projets, et pour évoluer dans des situations difficiles.

A l’opposé, les personnes qui manquent de confiance en soi ont tendance à douter d’elles-mêmes et à se remettre en question. Elles sous-estiment leur capacité à réussir, évitent les défis et sont apeurées par la nouveauté. En temps de crise, ce manque de confiance ajoute son lot d’angoisse puisque l’incertitude engendrée par cette situation peut faire perdre à la personne ses moyens.

Le manque de confiance en soi génère une peur de ne pas être à la hauteur, une peur de perdre la face, qui peut paralyser la personne et l’empêcher de se lancer dans de nouveaux projets. En tant que manager, il peut être difficile d’assumer pleinement son rôle et de s’y sentir confortable.

3. La Connaissance de soi

Capacité à être à l’écoute de soi pour savoir identifier et comprendre ses émotions, ses besoins et ses désirs afin de déterminer ce qui est le mieux pour soi, même dans des situations nouvelles et exigeantes émotionnellement.

L’individu qui comprend son mode de fonctionnement, qui est conscient de ses atouts, de ses forces, de sa valeur et de ses aptitudes est outillé pour avancer favorablement dans la vie. Il est capable de mobiliser les bonnes ressources pour évoluer dans son quotidien, mais aussi pour faire face aux imprévus et aux défis.

La connaissance de soi est aussi un tremplin au développement des compétences puisque connaître ses forces et ses atouts, c’est aussi connaître ses lacunes et ses zones de progrès. Cette conscience de son potentiel d’amélioration est essentielle afin de se prendre en main et de s’impliquer dans son développement.

Une personne ayant une faible connaissance de soi peut avoir des difficultés à donner une direction à sa vie, car comment partir de soi si on ne sait pas qui l’on est ? Elle risque de prendre de mauvaises décisions et d’être à la merci des autres car elle ne sait pas réfléchir sur les bonnes bases : ses besoins, ses capacités, ses priorités.

4. La Résilience

Capacité à se remettre rapidement d’un malheur et d’un échec.

Une personne résiliente est tout aussi sujette aux échecs et aux aléas de la vie. Cependant, elle sait percevoir ces revers comme des moyens de progresser, grâce à sa capacité à se remettre en question, à endosser sa part de responsabilité et à accepter les choses. Se dire qu’elle fera mieux faire la prochaine fois lui permet de passer plus rapidement à autre chose. Elle porte ainsi son regard vers l’avenir plutôt que de se laisser affecter par des situations passées, car pour elle, le passé est derrière.

Elle sait tourner la page sur des éléments douloureux comme futiles, sans encombrer son esprit de regrets.

Les personnes peu résilientes ont besoin de plus de temps pour digérer un évènement difficile et estomper les blessures. Elles ont aussi besoin de plus de soutien de l’entourage pour faire le point sur les échecs et trouver la capacité de se libérer des difficultés passées. Parfois accablées par les regrets, elles peuvent avoir tendance à ressasser le passé et à s’y attarder, tentant de refaire les scénarios pour espérer trouver un soulagement.

La difficulté à faire preuve de résilience peut maintenir ces personnes dans un état nostalgique récurrent, avançant malgré elles dans la vie les yeux tournés vers l’arrière, aux prises avec les chaînes du passé dont elles peinent à se défaire.

5. La maîtrise de soi

Capacité à contenir ses pulsions et à modérer ses réactions  en gardant un esprit clair et un comportement adapté.

Dans les situations difficiles, avoir une bonne maîtrise de soi permet de rester calme et d’empêcher les émotions telles que la colère ou la frustration de prendre le dessus. La personne en pleine maîtrise de soi sait prendre le recul nécessaire pour écouter l’émotion et l’analyser afin d’en comprendre la teneur et apporter une réponse appropriée.

Une gestion saine des émotions permet d’affronter autrement les évènements douloureux, en vivant l’émotion qui se présente plutôt qu’en l’évitant ou en la niant. Dans les situations stressantes ou inhabituelles, faire preuve de maturité émotionnelle, c’est savoir relativiser le sens de ces évènements et garder un contrôle sur soi, afin de réagir de façon constructive.

Lorsqu’une personne peine à garder le contrôle sur soi, on peut observer des difficultés à contenir ses émotions et à rester maître de ses réactions. Cela peut se traduire par une impulsivité et des attitudes regrettables à posteriori, tant dans ses paroles que dans ses gestes. L’entourage peut alors être témoin impuissant de ces débordements parfois difficiles à anticiper.

Ces difficultés à contrôler ses réactions peuvent accabler la personne et nuire à son bon fonctionnement. Par exemple, lorsqu’elle doit réagir dans l’urgence, la surcharge émotionnelle engendrée par la soudaineté et l’ampleur de l’événement, peuvent la paralyser et l’empêcher d’avoir l’esprit clair pour comprendre la situation.

6. La flexibilité

Capacité d’accommoder sa façon de penser, ses comportements et ses émotions dans le but de s’adapter à de nouvelles normes et situations.

La personne flexible est consciente de ce qui se passe autour d’elle et sait ainsi revêtir le bon habit quand il le faut afin d’exercer pleinement son rôle. Elle prend la place qu’il lui revient, au bon moment, afin d’être en phase avec autrui et avec son environnement. En plus d’être ouverte à de nouvelles façons de faire, elle est consciente de vivre avec des gens différents avec qui elle cherche à s’ajuster en permanence afin de créer le meilleur équilibre.

Elle fait preuve d’une souplesse d’esprit et d’une vision positive de l’avenir qui génèrent en elle un certain enthousiasme et une envie d’améliorer l’existant.

Les personnes peu flexibles peuvent démontrer une rigidité dans leur façon de penser et dans leurs comportements, ce qui rend difficile l’adaptation à de nouvelles situations. Elles peuvent avoir tendance à se maintenir dans leurs acquis et à graviter à l’intérieur d’une zone de confort sécurisante. Leur champ de vision est alors restreint et il leur est difficile de s’ouvrir à une lecture complète de leur environnement qui leur permettrait d’être réceptif à tout ce qui s’y passe afin d’y réagir adéquatement.

7. L’estime de soi

Jugement de valeur global permettant une évaluation réaliste de soi, en ayant conscience de ses forces et en acceptant ses faiblesses.

L’estime de soi joue positivement sur l’état d’esprit, qui appelle à l’acceptation de soi. La personne se voit telle qu’elle est, sait se concentrer sur ses forces et accepte naturellement ses faiblesses. Elle s’apprécie telle qu’elle est et n’est pas assujettie au regard d’autrui. Elle peut ainsi mieux recevoir les critiques en les percevant de façon constructive.

Avoir une bonne estime de soi, c’est être conscient de ses qualités et savoir mettre de l’avant ses atouts, dans sa façon unique d’être, de penser et d’agir.

Pour les personnes ayant une faible estime de soi, il peut être difficile de recevoir des compliments et des marques de reconnaissance parce qu’elles peinent à y croire. Ces personnes ont d’ailleurs plutôt tendance à avoir un discours négatif à leur égard et des paroles limitantes.

Elles peuvent avoir tendance à ressasser leurs complexes, à se comparer, et à demander validation auprès de leur entourage.

8. L’optimisme

Tendance à être satisfait de sa vie en général et à voir le bon côté des choses.

D’un naturel souriant et pétillant, la personne optimiste manifeste naturellement une attitude positive et teinte son discours d’espoir et de légèreté. Elle sait trouver le beau dans une situation pénible et avoir des mots valorisants pour autrui.

Une personne optimiste sait apprécier sa vie et les choses qui l’entourent et elle croit à un avenir toujours meilleur. C’est une personne qui sait voir les choses du bon côté et ainsi tirer parti de chaque situation. Elle n’est pas susceptible de redouter les opportunités puisqu’en cas d’échec, elle y verra une expérience supplémentaire.

Les personnes ayant de la difficulté à faire preuve d’optimisme peuvent avoir une tendance plus forte au découragement. Leur vision de la vie peut être teintée par la difficulté, l’épreuve, les dangers, les erreurs passées, … et influence ainsi leur discours, parfois empreint de beaucoup de pessimisme.

Elles peuvent également avoir de la difficulté à utiliser leurs ressources et leurs forces comme des facilitants pour évoluer dans la vie.

Pour découvrir des pistes de développement concrètes au niveau individuel et au niveau professionnel, téléchargez gratuitement mon ebook.

Article publié sur centraltest.fr

Add Your Comment